L'Algérie et ses fantômes

L'Algérie et ses fantômes

Sommaire

Une population très jeune, un chômage record et une rente pétrolière en berne : l’Algérie s’interroge sur son modèle social et politique. Boualem Sansal et Kamel Daoud, deux grandes figures de la littérature francophone, analysent ce que le premier appelle les sept plaies de son pays et le second l’Algérie invisible. Une Algérie qui se complaît, un demi-siècle après la proclamation de son indépendance, dans l’opacité et le secret, cette religion héritée des luttes d’autrefois.

N° 63 01 Juillet 2015

Les sept plaies de l’Algérie

Jean Sénac, Peuple à venger l’affront...

Brève histoire depuis l’indépendance

« L’Algérie dispose de 5 à 10 ans pour réussir sa mutation »

En Algérie, la « diversification » de l’économie semble toujours promise mais jamais enclenchée. Comment sortir de la « dépendance » pétro-gazière ?

Le temps presse : c&r…

L'Algérie invisible de Kamel Daoud

Algérie, « terra incognita » organisée depuis 1962. « Incognita » car on peut aller vers ce pays sans jamais y arriver, y loger sans y habiter, y arriver en le ratant ou le connaître par une série de …

Alacrité

Rire pour ne pas pleurer… Comme d’autres peuples privés de démocratie, les Algériens, désabusés, se consolent en plaisantant. Ils ont une cible de choix en la personne de leur président, Abdelaziz Bouteflika, qui a entamé un quatri&egr…

Le Récit du 1 de cette semaine :

Les sept plaies de l’Algérie

Boualem Sansal

La première malédiction de l’Algérie, c’est le FLN et ses apparatchiks. Nous sommes gouvernés par un parti qui a fait une guerre de libération et qui se pose en libérateur en s’accordant les privilèges du vainqueur. La deuxièm…

Lire l'article

article offert