La Grèce, la dette et nous

La Grèce, la dette et nous

Sommaire

La victoire politique de Syriza en Grèce signe-t-elle la fin des politiques d’austérité en Europe ? Ou sommes-nous face à une illusion collective ? Le poids de la dette grecque reste en tout cas un poison mortifère pour tout un peuple. Le 1 demande à une pluralité d’économistes (du radical Thomas Piketty à l’ancien directeur général de l’OMC Pascal Lamy) leur diagnostic et leurs remèdes.

N° 42 04 Février 2015

Ni liesse ni crainte

Raymond Queneau (1903-1976), La fourmi et la cigale

Crises et plans de relance

« la seule sortie possible est la croissance »

La victoire de Syriza constitue-t-elle un danger pour la zone euro et pour la ­cohésion de l’Europe ?

Non. Il n’y a plus de danger systémique pour la zone euro comme il y en avait en 2008. De vrais murs ont été construits, …

Rilance

Comment serrer les freins tout en lâchant du lest ? En juillet 2010, Christine Lagarde, ministre de l’Économie, avait dû faire preuve d’imagination. La rigueur lui paraissait nécessaire, mais il ne fallait surtout pas employer ce terme qui était t…

Le Récit du 1 de cette semaine :

Ni liesse ni crainte

Vassilis Alexakis

En grec, Syriza, signifie couper l’arbre, ou les cheveux, à la racine. L’allusion au radicalisme est inscrite dans le nom de ce parti. Depuis deux ou trois ans un graffiti a fleuri sur les murs d’Athènes. Parfois en toutes petites lettres comme dans un manuscrit, parf…

Lire l'article

article offert