Romain Gary : le visionnaire

Romain Gary : le visionnaire

Sommaire

Sa vie fut un roman dans lequel il incarna lui-même plusieurs personnages : résistant, puis diplomate, Roman Kacew est le seul écrivain à avoir remporté deux prix Goncourt – le premier en tant que Romain Gary, le second sous le masque d’Émile Ajar. Cependant, si le destin et la personnalité fantasque de Gary doivent retenir notre attention, c’est avant tout parce qu’ils ont nourri une œuvre et une voix singulières, marquées par une quête perpétuelle de réinvention. À l’occasion de la parution en deux volumes de ses romans et récits dans la « Bibliothèque de la Pléiade », le 1 vous invite à redécouvrir le regard que Gary portait sur le monde, qui fut à bien des égards celui d’un précurseur.

N° 249 15 Mai 2019

Une voix d’aujourd’hui

Besoin de féminité

À écrire, à parler, à n’être que regard...

Bio express

« Il voulait que le roman déborde dans la vie »

Pourquoi votre passion pour Gary, et pourquoi est-il publié maintenant en Pléiade ?

Il y a une vingtaine d’années, une étudiante d’origine tunisienne a souhaité que je dirige son mé…

[Mocassins]

Décembre 1959. Romain Gary, 45 ans, est consul général de France à Los Angeles. Avec son épouse, Lesley Blanch, il reçoit à dîner un jeune couple dont les âges additionnés sont équivalents au…

Le Récit du 1 de cette semaine :

Besoin de féminité

Romain Gary

La seule chose que j’ai vue dans ma mère, c’est l’amour. Ça faisait passer tout le reste – comme avec toutes les femmes… J’ai été formé par un regard d’amour d’une femme. J’ai donc aimé les femmes. …

Lire l'article

article offert