Viols, rumeurs et tribunaux

Viols, rumeurs et tribunaux

Sommaire

Dans le sillage de l’affaire Weinstein, les victimes de violences sexuelles trouvent de plus en plus le courage et la force de parler. Longtemps étouffée, la parole se libère via les médias et les réseaux sociaux. Si ce mouvement s’accompagne d’une augmentation du nombre de dépôts de plaintes, le système judiciaire est souvent court-circuité. On lui reproche sa lenteur ; on l’estime inefficace, voire inadapté. Les plaignants doivent affronter des procédures lourdes, parfois douloureuses, et souffrent de voir leurs déclarations mises en doute. Dans le même temps, une partie des médias et de l’opinion s’empare de rumeurs qu’elle tourne en scandales.

N° 190 21 Février 2018

Court-circuit

Blessure de guerre

Discours en vers sur la calomnie

Affaires sensibles

« Le tribunal médiatique n’a pas de langage ni de code »

Comment appréhendez-vous la libération de la parole sur les agressions sexuelles dans la sphère médiatique ?

J’y vois d’abord un phénomène de société. Les femmes portent une accusation vis-à-v…

Ces femmes qu’on ne voulait pas entendre

Quand un homme l’a touchée pour la première fois, Élise* avait 4 ans. Elle connaissait bien son agresseur, c’était son cousin. Dans la famille, les violences sexuelles sont un tabou. On en parle une fois, puis on laisse le silence s’installer aut…

[Rumeurs]

Elle court, elle court… Vraie ? Fausse ? Nul ne le sait, mais chacun a sa petite idée sur la question. C’est le propre de la rumeur, née de géniteurs inconnus avant de connaître une multitude de parents adoptifs.

[Découvrez …

Le Récit du 1 de cette semaine :

Blessure de guerre

Virginie Despentes

Pendant que ça se passe, ils font semblant de ne pas savoir exactement ce qui se passe. Parce qu’on est en minijupe, une cheveux verts, une cheveux orange, forcément, on « baise comme des lapins », donc le viol en train de se commettre n’en est pas tou…

Lire l'article
Virginie Despentes

article offert