Grand entretien

« Le français nous permet de parler au reste du monde »

Vous êtes née à Haïti, vous avez vécu au Québec, vous travaillez aujourd’hui en France. Trois pays francophones dans votre parcours, qu’est-ce que cela vous a appris de l’influence de la langue française ?

Mon parcours est emblématique de ce qu’est la francophonie ! Je suis à la fois de cette francophonie du Sud et du Nord. Je suis née en Haïti et Haïti est un cas particulier. Là-bas, les mots résonnent, les mots ont un pouvoir. Liberté, Égalité, Fraternité… ces mots qui ont été prononcés au Jeu de paume, ici même en France, ont eu une résonance immense à la même époque jusque dans les plantations de Saint-Domingue. Je viens de là. Liberté, Égalité, Fraternité : mes ancêtres ont vraiment ressenti ces mots dans leur chair. Nous n’étions pas forcément invités au banquet révolutionnaire, ni à manger de ce pain-là, mais ces mots étaient pour nous aussi. De là vient une immense volonté d’affirmation, d’émancipation et d’affranchissement. Tout le combat pour l’abolition de l’esclavage se met en marche et Haïti proclame la première république noire de l’histoire. (...)

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Francophonie, une idée neuve ?
Cet article est tiré du numéro Francophonie, une idée neuve ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE