Point de vue

Le cas français Vu des États-Unis

Les Français se sont emparés de l’idée d’une élection primaire pour désigner les candidats à l’élection présidentielle en 2006. Il s’agissait d’abord de choisir le candidat (en l’occurrence la candidate) du Parti socialiste, qui se trouvait à ce moment-là sans leader naturel à la suite de l’échec inopiné, « historique », de Lionel Jospin en 2002. À droite, la mainmise de Nicolas Sarkozy sur l’UMP faisait de la primaire organisée en janvier 2007 un sacre du seul candidat resté en lice, mais à gauche on cherchait une véritable légitimation par les urnes pour le candidat de l’opposition.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le chiffre de Jean Viard Aux urnes, citoyens !Jean Viard
Pourquoi les primaires
Cet article est tiré du numéro Pourquoi les primaires
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE