Parti pris

Les migrants victimes des terroristes

Il serait malvenu, et même absurde, de contester le besoin de sécurité renforcée des Français après les drames du 13 novembre. La première des libertés, c’est précisément d’aller où bon nous semble sans risquer notre vie. Protéger la sécurité des personnes – et accessoirement des biens –, c’est ce qui donne du crédit à un État.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Faut-il sacrifier nos libertés ?
Cet article est tiré du numéro Faut-il sacrifier nos libertés ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE