Grand entretien

« La france s’adapte à une situation de ni guerre ni paix »

Entretien

La France a-t-elle déjà été confrontée à un tel degré d’insécurité ?

Pendant la guerre d’Algérie, la France a dû faire face à une situation de grande violence sur ce qui constituait alors une partie de son territoire. La France a également connu des périodes d’attentats en série. Au début des années 1980, lors des attaques terroristes perpétrées par le groupe d’ultragauche Action directe. Puis à partir des années 1980-1990, avec les premiers attentats liés aux problématiques du Moyen-Orient, puis à la guerre civile algérienne. Mais ces attaques nous paraissent désormais presque relever d’une autre catégorie. En réalité, dans le cas des derniers attentats de Paris, une comparaison transnationale s’impose davantage. Ils s’inscrivent clairement dans la lignée des attentats de Londres (2005), de Madrid (2004), et donc de New York (2001). 

Pensez-vous qu’il soit justifié de parler de « guerre » aujourd’hui ?

La situation est atypique. Il s’agit plutôt d’un état indéterminé entre la guerre et la paix. Autrement dit : la situation n’est descriptible ni dans le registre de la paix ni dans celui de la guerre. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Faut-il sacrifier nos libertés ?
Cet article est tiré du numéro Faut-il sacrifier nos libertés ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE