Contrepied

Contre la vie

C’est au mode de vie, à la culture et à la joie de vivre que se sont attaqués les terroristes vendredi soir. Un match de foot, un concert de musique rock, un restaurant, un bar, un café et puis la rue, c’est-à-dire la vie quotidienne des Parisiens qui sortent la veille du week-end pour souffler, s’amuser, s’instruire. C’est cette vie-là, avec ses petites habitudes, ses joies simples, ses amitiés réunies, ce sentiment de partage que ces individus ont voulu assassiner comme ceux de janvier ont tenté d’assassiner la liberté ­d’expression, d’écrire, de dessiner, de rire de tout, y compris du sacré. 

 

Il y a là une logique qui nous échappe, parce que notre surmoi nous guide et nous protège de ce genre de dérive. Mais on peut faire l’effort de comprendre et d’expliquer l’horreur, même si son expression s’inscrit dans le refus de l’humain, de la faiblesse humaine. Notre mode de vie, la culture que nous privilégions, cette liberté chèrement acquise par plusieurs luttes, cette démocratie qui gère notre relation à l’autre, à la loi et au droit, bref cette civilisation est insupportable pour les soldats de la haine et de la barbarie. Ils opposent à ce vivre-­ensemble une religion où se mêlent aussi bien le prêche pour la vertu que le trafic de drogues, le proxénétisme, l’esclavage sexuel, la vente de petites filles, les têtes coupées, le vol et le viol, l’ignorance satisfaite et la brutalité meurtrière. 

Est-ce une religion ? C’est plutôt une couverture, un alibi. On va chercher dans l’islam du viie siècle, dans ses guerres et ses luttes, de quoi nourrir l’appétit d’une domination sans limites ni frontières. 

Mais tout cela n’est pas arrivé par hasard. Rappelons la guerre d’Irak lancée par George W. Bush en mars 2003 sur des bases mensongères. On peut même remonter à 1952, date du premier coup d’État en Égypte, lequel sera suivi par des dizaines d’autres coups de force débouchant sur un pouvoir totalitaire, exercé par des dictateurs comme Kadhafi, Saddam Hussein, Al-Assad père et fils, Ben Ali, Moubarak, le Soudanais Omar El-Béchir, sans oublier la nébuleuse des pays du Golfe qui financent ceux qui se battront pour eux. C’est à cause de cette absence de démocratie et de liberté, où l’individu arabe n’a aucune existence ni reconnaissance, que va s’épanouir un « califat » anachronique et ennemi des peuples et des arts. Daech n’a été possible matériellement et politiquement que parce que des États du Golfe lui ont procuré armes et argent. Évidemment, ce n’est pas officiel. L’argent serait passé par des hommes d’affaires qui ont misé sur un hypothétique « État islamique » et qui ont, comme dans un casino, joué la carte du malheur pour continuer à faire fructifier leurs milliards tout en menant une vie de débauche qui nous donne la nausée et provoque un dégoût que partagent les peuples arabes.

La responsabilité arabe dans l’existence de Daech est évidente. Nul besoin de rejeter la faute sur l’Occident, même si sa politique au Proche-Orient et en particulier son manque de fermeté à l’égard du régime de Bachar Al-Assad (se souvenir d’août 2013 quand il a utilisé les armes chimiques contre son peuple) ont ouvert la route à l’arrogance daéchienne. Il faut rappeler aussi le jeu ambigu et pervers de la Turquie et le cynisme absolu de Poutine qui ne connaît aucun état d’âme et qui avance dur et froid. 

Les attentats de vendredi ont été préparés, synchronisés. Ils visaient un but précis : semer la terreur parmi les anonymes, ceux qui vivent normalement. Il fallait briser cette normalité, installer la peur partout dans les lieux publics. Ce ne sont pas des amateurs. Ce sont des gens entraînés. Ils ont depuis longtemps accepté d’échanger leur instinct de vie contre l’instinct de mort, surtout celle des innocents. Leur vie ne compte pas, ils sont déjà ailleurs, dans un autre monde, une autre planète où des sentiments simples comme la peur ou la frayeur n’existent plus. 

Plus que jamais, les pays musulmans, ceux qui croient à l’islam de paix, ceux qui croient à la fraternité monothéiste, doivent se mobiliser, car on a volé et violé leur religion au nom de laquelle on massacre des innocents. Réagir en masse, provoquer un « printemps de l’islam », un islam renouant avec ses siècles de lumière et de savoir. Dire et crier : « Pas en mon nom ! » Revenir à l’éducation, à la pédagogie quotidienne et lutter pour remettre les valeurs à leur place. Encore faudra-t-il que les musulmans du monde s’unissent et prennent conscience du danger qui les menace tout en menaçant l’ensemble de l’humanité.  

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire