Le mot de...

[Sultan]

Sire,

On s’est permis de reprocher à Votre Majesté le palais qu’elle a daigné se faire construire à Ankara. Laissez-moi lui dire toute la honte que m’inspirent de telles remarques. Elles ne sauraient venir que de faibles d’esprit ou de renégats. Le calife aimé de Dieu pourrait-il habiter un banal hôtel particulier ? Ces 200 000 m2 représentent à peine quatre fois le château de Versailles. Je suis persuadé que votre auguste personne doit s’y sentir à l’étroit. Mais vos sujets ont appris avec joie qu’une extension n’était pas exclue dans les années à venir.

Lors d’une réunion publique à Izmir, le président du Parti républicain du peuple s’est permis de critiquer vos salles de bains. À l’en croire, les cuvettes destinées à la défécation comporteraient « des sièges en or ». Et alors ? Mais il paraît que c’est faux, et Votre Majesté s’en est offusquée. Y voyant une insulte aux toilettes à la turque, elle a invité le diffamateur à venir constater in situ qu’il n’en était rien. Mais il n’a pas osé se présenter au palais.

Du monde entier, Sire, parviennent des moissons d’hommages que vos chambellans, secrétaires et aides de camp se permettent de déposer à vos pieds. On loue votre ­simplicité, votre ­man­suétude à l’égard des Kurdes, votre attachement à la laïcité, la clarté de votre politique étrangère, la force que vous mettez à ne pas combattre l’État islamique… Toutes les chancelleries se réjouissent de savoir que l’Empire ottoman englobera bientôt la Syrie de Bachar, l’Égypte de Sissi, l’Arabie de Salmane et la Perse des ayatollahs. Gloire à Recep Tayyip Erdogan ! Longue vie à notre padichah ! 

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire