Point de vue

Une chancelière programmée pour le pouvoir

Le 22 novembre, cela fera une décennie qu’elle a pris ses quartiers à la chancellerie fédérale, derrière la large baie avec vue imprenable sur le dôme en verre du Reichstag. Elle avait 51 ans quand elle s’est assise dans le fauteuil que Gerhard Schröder ne voulait pas lui céder. L’Allemagne réunifiée en avait quinze. Quinze années que la fille du pasteur est-allemand avait passées à monter une à une les marches du pouvoir. En 2003, dans Mein Weg, elle avait livré au journaliste Hugo Müller-Vogg le récit de sa vie : l’enfance paisible dans une petite ville du Brandebourg, l’autorité et les absences du pasteur Kasner, la patience et les sacrifices de sa mère, la révolte adolescente, les études universitaires à Leipzig, la monotonie oppressante du trajet quotidien en tram, le long du Mur, vers le laboratoire de physique d’Adlershof à Berlin-Est, le refuge de la culture, l’étonnement devant la jeunesse blasée de l’Ouest lors d’un voyage chez sa tante à Hambourg, puis 1989, le hasard de l’histoire qui lui donne une chance de commencer une autre vie, à 35 ans, elle qui se contentait d’espérer visiter ­l’Amérique à 60, et enfin le long apprentissage des rouages de la politique.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète PromesseLouis Chevaillier
Les secrets de Merkel
Cet article est tiré du numéro Les secrets de Merkel
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE