Le mot de...

[Travaux]

« Le travail c’est la santé, rien faire c’est la conserver », chantait Henri Salvador en 1965. Sept ans plus tôt, il avait mis en musique, tout aussi joyeusement, une autre apologie de la paresse, sur des paroles de Boris Vian : « Je peux pas travailler debout / Parce que ça me fait mal aux g’noux / Je peux pas travailler assis / Ça me fait mal au coccyx. »

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète Un jour
Faut-il brûler le Code du travail ?
Cet article est tiré du numéro Faut-il brûler le Code du travail ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE