Point de vue

Le silence est d’or

Bravo monsieur Bartolone, comme vous avez raison. Ce monsieur Macron qui se mêle de tout est vraiment dérangeant ! Il avait eu l’audace d’évoquer le temps de travail, de tourner autour des 35 heures sans le dire vraiment, tout en le suggérant. Assez pour qu’il n’y ait aucun doute sur ce qu’il pense. À peine la plaie refermée, le voilà qui recommence sur le statut des fonctionnaires.

Bigre, bigre, quelle insolence ! Oser mettre en doute le bien-fondé de la protection dont jouissent les serviteurs de l’État qui n’a d’équivalent dans aucun autre pays européen. Et oublier, qu’à défaut des voix ouvrières, nos fonctionnaires sont encore les meilleurs soutiens du parti socialiste. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète Un jour
Faut-il brûler le Code du travail ?
Cet article est tiré du numéro Faut-il brûler le Code du travail ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE