Point de vue

Pour une révolution du partage

Le devenir de la condition humaine est la solidarité. Ce flux de migration, la manière dont on le traitera, sera soit une négation, soit une mise en œuvre de cette solidarité. Face à l’échec de nos espérances collectives, face à la crainte de voir nos pays ne plus nous donner les garanties d’hier, nous récusons cette solidarité si quelqu’un vient sur notre territoire avec sa misère. Derrière les termes de migrants et de réfugiés, on occulte la souffrance et la qualité humaine de celui qui a bravé de terribles dangers. Nous découvrons l’impuissance de nos États qui manifestent une double incapacité : nous protéger dans notre vie quotidienne ; nous protéger contre l’autre. Le mal-vivre européen se confronte au mal-vivre importé par ces hommes et ces femmes. D’ailleurs, les opinions publiques ne distinguent plus entre les réfugiés et les migrants, entre ceux qui veulent sauver leur vie et ceux qui veulent l’améliorer. On se dit chez nous : je n’ai pas de quoi vivre et il faudrait nourrir les autres ? En réalité, c’est une révolution du partage qui est refusée. Le monde se doit d’être plus responsable et plus solidaire. Pourtant il remet en cause et sa responsabilité et sa solidarité. 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les chiffres déchiffrés Faux-semblants statistiquesLoup Wolff
Extrait Issa
Migrants, que faire ?
Cet article est tiré du numéro Migrants, que faire ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE