Parti pris

Le Gehry vaut le détour

Que l’esthète de la déconstruction architecturale ait eu pour mission de bâtir un pont dans un pays renommé pour la saignée de son canal, voilà bien le paradoxe. Sous une toiture échevelée, aux couleurs quasi pyrotechniques, le Musée de la biodiversité, présenté encore comme le Bridge of Life (« le Pont de la vie ») expose toute la richesse des tropiques. Éclaté, bourgeonnant, aussi coloré qu’un perroquet local, le musée s’offre comme une plume sur le chapeau de paille d’un État se rêvant Singapour latino. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète Panama
Panama, fantômes et fantasmes
Cet article est tiré du numéro Panama, fantômes et fantasmes
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE