Le mot de...

Alacrité

Rire pour ne pas pleurer… Comme d’autres peuples privés de démocratie, les Algériens, désabusés, se consolent en plaisantant. Ils ont une cible de choix en la personne de leur président, Abdelaziz Bouteflika, qui a entamé un quatrième mandat malgré ses 77 ans et un état de santé inquiétant.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les chiffres déchiffrés Éphémère jeunesseLoup Wolff
L'Algérie et ses fantômes
Cet article est tiré du numéro L'Algérie et ses fantômes
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE