Témoignage

Trading : les contours flous de la légalité

Mathématicien, Michael Osinski avait rejoint feu Lehman Brothers, la banque d’affaires dont l’effondrement en septembre 2008 a déclenché la crise financière mondiale. On était au début des années 1980 et c’est lui qui, logarithmes à ­l’appui, a imaginé – dans son langage on disait « modélisé » – la titrisation des emprunts hypothécaires à risques. Il est l’homme qui a imaginé l’introduction en Bourse des fameux emprunts subprime. Lorsque la crise financière éclatera, fin 2008, Osinski, qui avait entre temps abandonné sa carrière pour se reconvertir dans… l’ostréiculture, admettra n’avoir « rien anticipé ». Mais il évoquera ce « monde pervers » des obligations pourries où la titrisation qu’il avait inventée n’avait d’autre objectif que de « fournir de la viande au hachoir ». C’est-à-dire faire tomber des gogos – emprunteurs grugés ou investisseurs professionnels qui n’y voyaient que du feu – dans un piège.

Il avait en particulier raconté au New York Magazine l’anecdote suivante. Au milieu des années 1980, il vivait déjà très correctement, jouissant d’un bonus annuel de 125 000 dollars, somme importante à l’époque (six fois son ancien salaire de mathématicien). Mais il avait commencé à concevoir une certaine amertume au vu des traders gagnant jusqu’à huit fois plus encore. Il avait donc demandé à son chef de le faire « passer au trading, là où se faisait le gros pognon ». Ce dernier lui demanda : « Mike, es-tu capable de trouver des gens plus idiots que toi pour tirer profit d’eux ? Le trading, c’est ça. » Et il lui promit de l’augmenter s’il continuait de faire ce qu’il savait faire, modéliser des produits financiers, et s’en contenter. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les chiffres déchiffrés À toute berzingueLoup Wolff
L'argent : crimes et châtiments
Cet article est tiré du numéro L'argent : crimes et châtiments
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE