Le mot de...

Fables

Le laboureur de La Fontaine, sentant sa mort prochaine, n’a pas dit à ses enfants : « Travaillez plus pour gagner plus. » Son exhortation était, à la fois, plus obscure et plus subtile : « Travaillez, prenez de la peine, c’est le fonds qui manque le moins. »

Aussitôt, les héritiers se sont mis à creuser, bêcher, fouiller, à la recherche d’un magot. Ils ont si bien retourné le champ paternel que celui-ci a rapporté davantage que les années précédentes. Morale de la fable : le trésor n’est autre que le travail lui-même. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les chiffres déchiffrés L’explosion des TMSLoup Wolff
Le travail nuit grave
Cet article est tiré du numéro Le travail nuit grave
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE