Point de vue

Cancers professionnels : deux millions de salariés exposés

Entre 5 000 et 10 000 cancers d’origine professionnelle par an. Tels sont les chiffres de la part attribuable aux expositions professionnelles d’un certain nombre de cancers, retenus par l’Institut de veille sanitaire (InVS) dans sa dernière estimation, publiée fin 2014. Poumon, larynx, vessie, rein, foie, sang sont les organes cibles des produits toxiques présents sur les lieux de travail, des rayonnements ionisants ou de certains modes d’organisation du travail, comme le travail de nuit. 

Quand on évoque cette question des cancers du travail, on pense spontanément à la catastrophe sanitaire de l’amiante, la plus importante affaire de santé publique que notre pays ait connue et qui, selon les prévisions des épidémiologistes, devrait être responsable de plus de 100 000 morts au total en France. La majorité des victimes de l’amiante ont été contaminées sur les lieux de travail. Et si l’amiante a été interdit en 1997, le problème n’est pas réglé pour autant. Les 80 kilos d’amiante par habitant qui ont été importés en France sont toujours là, et aujourd’hui encore des travailleurs sont exposés sans le savoir parce qu’ils interviennent sans précaution sur des structures qui en contiennent encore. 

Mais l’amiante est un peu l’arbre qui cache la forêt. Ainsi, toujours selon les chiffres de l’InVS, entre 2 et 9 % des cancers du poumon et du larynx seraient liés à une exposition à la silice ; entre 90 et 300 cas de cancers du rein seraient liés à une exposition au trichloréthylène ; entre 200 et 660 cas de cancers des voies aérodigestives supérieures seraient provoqués par le ciment ; de 2 à 28 % des leucémies seraient dues au benzène. Dans une autre étude, plus ancienne, l’InVS estimait également que l’incidence des cancers de la vessie liés aux amines aromatiques et aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) pouvait atteindre près de 1 000 cas par an.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les chiffres déchiffrés L’explosion des TMSLoup Wolff
Le travail nuit grave
Cet article est tiré du numéro Le travail nuit grave
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE