Grand entretien

« Nous sommes passés des inégalités passives aux inégalités actives »

Entretien

Que vous inspire la vague de protestation soulevée par le projet de réforme du collège défendu par le gouvernement ? 

Elle dit beaucoup sur la nature du système d’enseignement français. Ceux qui protestent tiennent à défendre et à maintenir des formes élitaires d’éducation. Il est intéressant de resituer ce phénomène dans l’histoire. J’ai commencé la sociologie de l’éducation dans les années 1960 avec Pierre Bourdieu. Dans Les Héritiers (ouvrage coécrit avec Jean-Claude Passeron), il avait mis en évidence nombre d’inégalités sociales et culturelles devant le système scolaire. Celles-ci n’ont pas diminué. À cette époque, l’opinion criait au scandale, convaincue que l’école devait forcément être égalitaire. En réalité, les inégalités se reproduisaient d’année en année, mais des inégalités passives : vous étiez né dans une famille de formation scolaire supérieure, avec une bibliothèque à la maison, des parents vous emmenant au musée, alors vous réussissiez à l’école. C’était discret et efficace. Les parents ne faisaient rien d’autre que reproduire et transmettre une culture qu’ils avaient eux-mêmes acquise « naturellement ». Ces inégalités se produisaient toutes seules. L’école était ainsi faite qu’elle s’adressait à la tête de classe plus qu’à la queue.

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le mot de... RomanRobert Solé
École : pourquoi ça coince ?
Cet article est tiré du numéro École : pourquoi ça coince ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE