Récit

Un vernis d'égalitarisme

Toutes les sociétés ont une sorte de système de classes – le besoin d’établir des hiérarchies sociales semble programmé dans nos rapports humains. Ces hiérarchies peuvent être fondées sur quantité de facteurs : la bravoure, l’intelligence, la beauté, la richesse, le pouvoir politique, par exemple, ou bien, comme c’est le cas en Grande-Bretagne, la position sociale. On pourrait penser que les larges divisions de classe qui ont existé dans la société britannique pendant des siècles – classes supérieure, moyenne, inférieure et leurs sous-catégories – s’étaient érodées depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale et la victoire écrasante du Parti travailliste en 1945, pour avancer une date commode. Mais mon sentiment, en observant le pays dans lequel je vis, est que ces divisions se perpétuent avec une remarquable solidité en dépit d’un vernis d’égalitarisme tout d’apparence. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le mot de... LeftRobert Solé
Les chiffres déchiffrés Colossale CityLoup Wolff
Ils sont fous, ces Anglais
Cet article est tiré du numéro Ils sont fous, ces Anglais
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE