La voix du poète

Jehan Rictus (1867-1933), Notre dâb

Transformer le pain en brich’ton ne suffit pas à faire un poète. Né Gabriel Randon en 1867, le Parisien Jehan Rictus innove moins dans la forme que dans le propos. Fini le vagabond prétendument libre. Ses vers disent la misère des Écrasés. Enfant martyr battu par sa mère, l’auteur a connu les nuits dehors. Dans les cabarets montmartrois, le succès vient avec son choix d’une « langue populaire ». Il avale les e, corrompt la syntaxe, parsème son œuvre de termes argotiques, sans jamais verser dans l’hermétisme. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Point de vue Le prix à payer
La France des CDD
Cet article est tiré du numéro La France des CDD
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE