Grand entretien

« Toutes ces forces extrêmes se fondent sur un refus de l’Europe »

Comment interprétez-vous la victoire du parti de gauche radicale Syriza en Grèce ?

C’est la victoire de la radicalité, le refus d’une partie de la population grecque de supporter la politique d’austérité imposée de l’extérieur. C’est un niet radical pour dire : « On n’en peut plus. » Mais au fond, Syriza est très social-démocrate keynésien. La Grèce a quasiment voté comme en 2012, avec une différence fondamentale : en 2012, le Pasok, parti social-démocrate classique, avait obtenu 43 % des suffrages, et Syriza 5 %. Aujourd’hui, les deux partis sociaux-démocrates représentent 5 à 6 % des suffrages, et Syriza 39 %. C’est un renversement à l’intérieur de la gauche qui s’est opéré. Nous sommes face à une revendication du peuple de gauche de changer de politique.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ces partis qui secouent l’Europe
Cet article est tiré du numéro Ces partis qui secouent l’Europe
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE