La voix du poète

Christopher Okigbo (1932-1967), Tonnerre, viens !

Oublions les trop faciles distinctions entre poésie engagée et poésie ésotérique. L’œuvre de Christopher Okigbo se confronte au seul mystère : le cycle de la vie et de la mort. Elle n’en est pas moins inscrite dans l’histoire du Nigeria post­colonial. En 1965, Labyrinthes regroupait en un court volume différentes plaquettes, témoignages d’une quête spirituelle entre modernisme occidental et mythologie africaine. Le poète refusait toutes les étiquettes, y compris celle de la négritude. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Le mot de... HaramRobert Solé
Afrique : les visages du djihad
Cet article est tiré du numéro Afrique : les visages du djihad
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE