Grand entretien

« la seule sortie possible est la croissance »

Entretien

La victoire de Syriza constitue-t-elle un danger pour la zone euro et pour la ­cohésion de l’Europe ?

Non. Il n’y a plus de danger systémique pour la zone euro comme il y en avait en 2008. De vrais murs ont été construits, écartant la possibilité d’un incendie venant de Grèce. Ce qui arrive est un événement politique, pas financier. Je n’en veux pour preuve que la réaction des marchés obligataires. Qu’ils soient aussi calmes signifie : pas de danger. Ils parient aussi sur un comportement raisonnable de Tsipras, ce qui dépitera Mme Le Pen et M. Mélenchon. Pour que leurs espoirs restent mesurés, il faut rappeler aux mouvements antieuropéens que ce parti nouveau, Syriza, ne veut pas sortir de l’Europe ni de l’euro. Mme Le Pen, qui salue cette victoire, n’est pas très cohérente. 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Extrait Extrait
La Grèce, la dette et nous
Cet article est tiré du numéro La Grèce, la dette et nous
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE