Point de vue

Il faut rompre avec notre cécité politique

On savait que l’année 2015 serait celle de tous les dangers (guerre avec l’État islamique, conflit larvé en Ukraine, désordres monétaires potentiels). On savait qu’elle serait aussi celle de toutes les incertitudes (monnaies, marchés, pays émergents...). On savait encore que la croissance mondiale serait un peu plus faible et, hélas ! celle de notre continent nettement amoindrie. 

L’Europe, précisément, est à l’heure 
des choix.

L’écart se creuse dangereusement entre États du Nord et États du Sud avec la France au milieu. Les fourmis vertueuses, qui ont consenti de grands sacrifices il y a longtemps et les réformes qui les accompagnaient, l’Allemagne en tête, sont prêtes aujourd’hui à lâcher du lest (augmentation des salaires en Allemagne) mais ne sont guère enclines à alimenter les cigales dispendieuses. Beaucoup de ces dernières subissent l’incompréhension de la mondialisation en cours, qui n’est pas un choix, mais une réalité incontournable à laquelle elles n’ont pas été préparées.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Extrait Extrait
La Grèce, la dette et nous
Cet article est tiré du numéro La Grèce, la dette et nous
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE