Les chiffres déchiffrés

Finance : le beurre et l’argent du beurre

Les commentateurs -comparent souvent la -gestion des États à celle des ménages : c’est « en bon père de famille » que les budgets nationaux doivent être tenus ! Mais cette image est trompeuse : infiniment plus complexe que celui d’un ménage, l’établissement du budget d’un État est en soi une construction éminemment politique. 

Tenus par les instituts nationaux de statistique, les comptes de la nation font la synthèse de tous les flux monétaires à l’intérieur et aux frontières d’un territoire. En avril 2009, Eurostat, l’institut de statistique européen, procède à la validation des chiffres grecs : le déficit public s’établirait l’année précédente à 5 % du produit intérieur brut, un niveau très moyen en Europe. La droite au pouvoir prédit un déficit à 6 % en 2009, en légère augmentation. Mais coup de théâtre fin 2009, le gouvernement socialiste nouvellement élu annonce un déficit plus que doublé : 12,7 % ! La Grèce devient subitement le pays le plus endetté d’Europe. Les événements se succèdent, implacables : défiance des marchés, hausse des taux, alourdissement de la charge de la dette, plans d’austérité et crise sociale majeure – malgré plusieurs tentatives européennes de sauvetage.

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Extrait Extrait
La Grèce, la dette et nous
Cet article est tiré du numéro La Grèce, la dette et nous
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE