Le mot de...

Barbarie

Comment qualifier un carnage commis de sang-froid au cri de « Allahou akbar » ? Nos responsables politiques ont soigneusement évité le mot « islam ». S’il a été prononcé ici ou là dans les heures qui ont suivi la tuerie, c’était seulement pour le faire rimer avec « non aux amalgames ». À gauche, Daniel Cohn-Bendit a été l’un des rares à dénoncer « l’islamo-fascisme », tandis que Marine Le Pen s’en prenait au « fondamentalisme islamique ».

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
ils n’ont pas tué Charlie !
Cet article est tiré du numéro ils n’ont pas tué Charlie !
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE