Le mot de...

Travailloter

Méfions-nous du verbe travailler : il ne signifie pas forcément exercer une activité professionnelle ou accomplir un effort dans un but précis. Venant du latin tripaliare (« torturer »), ce mot am­bigu porte l’idée de préoccupation et de tourment. On peut dire, par exemple, que le chômage nous travaille.

Baudelaire, qui n’était ni éboueur ni mineur de fond, pouvait proclamer : « Travailler est moins ennuyeux que s’amuser. » Tout aussi catégorique, Matisse affirmait, pinceau à la main : « Le travail guérit de tout. » Peut-être. Encore faut-il en avoir. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Comment réinventer son travail ?
Cet article est tiré du numéro Comment réinventer son travail ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE