Contrepied

Que faire ?

Le temps est revenu des manifestations paysannes, des dépôts de fumier devant les préfectures et permanences parlementaires. La colère agricole est manifeste, tout comme elle l’était au début des années 1960, au moment où les jeunes agriculteurs ruaient dans les brancards et réclamaient la parité avec le reste du monde productif français. Ils furent alors écoutés et satisfaits par les célèbres lois Pisani et, surtout, par la mise en place, à partir de 1962, de la politique agricole commune (PAC) : des prix garantis, largement rémunérateurs, sans limites de quantité, et cela pour la plupart des grandes productions agricoles. C’était le temps de la « révolution silencieuse », pour reprendre les termes du syndicaliste agricole Michel Debatisse, l’un des « jeunes » de cette époque.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Comment sauver les paysans ?
Cet article est tiré du numéro Comment sauver les paysans ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE