Libres comme terre

Coucy-le-Château-Auffrique (Aisne). Un an, quatre saisons. Le temps d’un semis, d’une récolte, le temps d’apprendre à traire des chèvres et à faire du fromage, de prendre soin des plantes et de soi. Le temps, surtout, que la greffe prenne pour mieux repartir et se parer pour la liberté. Telle est l’ambition de la Ferme de Moyembrie. Une ferme qui accueille chaque année une quarantaine d’apprentis agriculteurs sous écrou. Des hommes en fin de peine, qui ont fait le choix de participer à cette initiative de réinsertion par le travail, pionnière en France.

« J’ai embrassé un arbre »

Le chemin qui mène aux terres de Moyembrie traverse le petit bourg de Coucy-le-Château-Auffrique, dominé par les vestiges de son château médiéval. Ici, les détenus sont appelés résidents. Le passé de chacun est déposé à l’entrée de la ferme et n’en franchit pas le seuil. Rien ne laisse transparaître tout ce qui se joue en son sein, ni son lot d’émotions à fleur de peau, ni les espoirs d’une dizaine d’hommes que l’on peut apercevoir bêcher le champ de chicorées qui deviendront les endives de l’hiver.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Comment sauver les paysans ?
Cet article est tiré du numéro Comment sauver les paysans ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE