À quoi reconnaît-on l’amour ?

Quand sait-on que l’on est amoureux ? Quand sait-on qu’une histoire d’amour est finie ? Je me souviens de la réponse invariablement mystérieuse de mon entourage à ces questions posées à différentes périodes de l’existence : « Quand cela arrivera, tu le sauras. » L’évidence que semble provoquer l’amour ou le désamour pour celui qui les vit est source d’un savoir paradoxal. On sait sans vraiment savoir. Comme on sait quand on est heureux, ou quand on souffre, et que l’on ne peut rien dire de sa joie ou de sa douleur. D’où le travail de discernement que suppose l’amour, car s’il y a des signes qui ne trompent pas quand on aime, il n’y a pas de preuve d’amour au sens de connaissance. Ainsi nous pouvons vivre dans le déni de l’amour : on peut croire aimer quelqu’un sans l’aimer vraiment, et on peut aussi passer à côté d’un amour véritable. Il faut parfois des années pour accéder à l’amour caché au fond de son cœur. Il y a quelque chose qui demeure mystérieux dans l’amour. C’est la raison pour laquelle ce sont les poètes ou les romanciers qui en parlent le mieux.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ce que les sciences savent de nos amours
Cet article est tiré du numéro Ce que les sciences savent de nos amours
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE