Contrepied

Il faut changer l'école

Les réformes passent, l’école française trépasse. C’est, depuis un nombre infini de décennies, une mort continue. 

La réforme Blanquer, tant vilipendée aujourd’hui, n’est pas la plus mauvaise de toutes : dédoublement des classes de CP et CE1, instruction obligatoire dès l’âge de trois ans, 40 % de contrôle continu au bac, tout ceci est de bon sens – sauf à dire que certaines applications nous renvoient déjà dans le mauvais sens. Ainsi, imaginer, au titre du contrôle continu, trois mini-sessions d’examen sur des sujets de matières au programme des épreuves du bac est une trahison de l’esprit de ce contrôle, comme je l’expliquais dans un précédent livre (Le Bac inutile, L’Œuvre, 2012). Si le contrôle continu doit être un « travail continu », pour reprendre la juste expression du ministre, il doit permettre d’évaluer un élève non seulement sur ses connaissances, mais aussi sur ses compétences, les qualités déployées, les efforts réalisés, etc. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ailleurs, ça se passe comme ça L’Italie et le grand oralManon Paulic
Le BAC selon Blanquer
Cet article est tiré du numéro Le BAC selon Blanquer
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE