Zakouski

Mouroir, miroir

C’est une scène de liesse. Des visages radieux malgré l’épuisement et les longues journées d’attente. Les migrants de l’Open Arms ont appris qu’ils pourraient enfin débarquer sur la terre ferme de Lampedusa, le mardi 20 août. Cette issue heureuse ne peut dissiper l’immense malaise provoqué par l’épreuve imposée à ces déracinés, au vu et au su du monde entier. Impossible d’effacer les images d’un bateau interdit de libérer son chargement de misère humaine – mais où est l’humain dans cette histoire ? – et que les autorités italiennes, par la voix de Matteo Salvini, voulaient contraindre à retraverser la Méditerranée jusqu’au port espagnol d’Algésiras. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
SOS migrants
Cet article est tiré du numéro SOS migrants
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE