Une biographie intellectuelle

Lorsque Charles de Gaulle achète La Boisserie à Colombey-les-Deux-Églises, en 1934, il acquiert en même temps un banc dans l’église du village. Une petite plaque ornée d’une croix de Lorraine permet aujourd’hui de repérer son siège, et surtout d’observer les deux vitraux anciens qui l’encadrent : l’un représente Jeanne d’Arc, l’autre Saint Louis. Ils forment, avec l’ombre du Général au milieu, un parfait triptyque d’images d’Épinal.

Dès sa mort, de Gaulle est placé par les Français au Panthéon de l’histoire. Ainsi, dans cette lettre de condoléances adressée en 1970 à Yvonne de Gaulle, un citoyen s’interroge sur le disparu : « Que dira l’histoire de lui ? Qu’il était Charlemagne ? Sully ? Choiseul ? Richelieu ? Mazarin ? Colbert ? Talleyrand ? Clemenceau ? pour ne citer que quelques-uns de ceux qui ont fait l’histoire de France – et du monde ? Je pense qu’il n’a été aucun de ceux-là. Il a été tout simplement Charles de Gaulle. »

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
De Gaulle, 50 ans après
Cet article est tiré du numéro De Gaulle, 50 ans après
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE