Zakouski

Le gaullisme, partout et nulle part

Il y a cinquante ans, le 28 avril 1969 précisément, le général de Gaulle quittait le pouvoir après le revers essuyé au référendum voulu par lui sur la réforme du Sénat et la régionalisation. Rien ne l’obligeait à partir, mais il avait lui-même tenu à lier son sort personnel au résultat de cette consultation. Quand le « non » l’emporta, il en tira sans tarder les conséquences : « Je cesse d’exercer mes fonctions de président de la République. Cette décision prend effet aujourd’hui à midi », cingla le communiqué envoyé dans la nuit depuis Colombey.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
De Gaulle, 50 ans après
Cet article est tiré du numéro De Gaulle, 50 ans après
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE