Le gaullisme introuvable

Le gaullisme pouvait-il survivre à de Gaulle, et si oui, comment ? La question, récurrente, divise commentateurs et historiens depuis un demi-siècle. Elle se pose dès le 29 avril 1969, au lendemain du départ du Général, après le référendum perdu qui a précipité sa chute. Complexe, cette problématique trouve ses racines dans la définition même du gaullisme, intrinsèquement liée à la personne du Général et à son expérience d’exercice du pouvoir. Par nature rétif à toute classification dans le clivage droite-gauche traditionnel, le gaullisme est un ensemble d’idées flottant, mouvant, qui fédère des hommes venus de tous horizons politiques, essentiellement soudés par leur fidélité au fondateur de la Ve République. Difficile, a priori, d’imaginer qu’un tel mouvement puisse subsister après l’effacement de celui qui constituait sa raison d’être. Après son départ, de Gaulle avait d’ailleurs confié à André Malraux que la page était tournée et qu’il se sentait étranger à ce qui se passait chez ses partisans.

Comment expliquer alors que, cinquante ans après la fin de la République gaullienne, la plupart du personnel politique, de la gauche radicale à l’extrême droite, se revendique de l’homme du 18 Juin, porteur d’une « certaine idée de la France » ?

 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
De Gaulle, 50 ans après
Cet article est tiré du numéro De Gaulle, 50 ans après
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE