Cher logement trop cher

Les maires le savent bien : le logement arrive en tête des préoccupations des habitants au sein de leurs permanences. Pas étonnant car, sans logement digne de ce nom, pas d’intimité, pas d’espace pour se reposer à l’abri des regards. Difficile de travailler dans de bonnes conditions ou de trouver un emploi. Difficile aussi de se projeter, de fonder ou d’agrandir la famille. Et pourtant, 142 000 personnes étaient sans domicile fixe en 2012 – une augmentation de 50 % en dix ans, selon la dernière enquête Insee. Au total, 900 000 personnes sont privées de logement personnel. Parfois, avoir un logement ne protège pas non plus des difficultés. Parce que le logement est trop petit ou parce qu’il est indigne, comme c’est le cas pour des centaines de milliers de propriétaires ou locataires en copropriétés dégradées, pour des propriétaires en milieu rural qui vivent dans des taudis ou pour des personnes modestes souffrant de précarité énergétique dans des logements mal isolés alors que le coût de l’énergie flambe.


[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Pourquoi se loger est-il si cher ?
Cet article est tiré du numéro Pourquoi se loger est-il si cher ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE