Grand entretien

« L’État islamique est très adapté à la guerre moderne »

Quelle analyse faites-vous de l’avancée de l’État islamique ?

Avec ses alliés, il dispose sur l’ensemble du territoire qu’il contrôle, entre la Syrie et l’Irak, d’une force armée d’environ 30 000 hommes. Mais il n’a eu besoin que de 1 000 combattants pour s’emparer de Mossoul, la seconde ville d’Irak. Depuis le 10 juin, début de son offensive en Irak, 2 000 à 3 000 jeunes auraient rejoint ses rangs dans la seule région de Ninive autour de Mossoul. Pour parvenir à les mobiliser, Daech [acronyme arabe de l’État islamique, ou EI] a bénéficié de la manière dont les Américains ont divisé les Irakiens selon leurs origines, œuvrant à séparer les communautés et à politiser les identités, puis à marginaliser les sunnites minoritaires en Irak. Ensuite, le Premier ministre Nouri Al-Maliki, chiite, a mené une politique de plus en plus belliqueuse envers les sunnites. 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Les chiffres déchiffrés Un État sans statistiqueLoup Wolff
L’État islamique mérite-t-il son nom ?
Cet article est tiré du numéro L’État islamique mérite-t-il son nom ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE