Le mot de...

[Baptême]

On qualifie les énarques de tribu, de caste, de clan, de réseau, voire de mafia, alors qu’ils se définissent eux-mêmes comme « une grande famille ». Il y a en tout cas chez eux un air incontestable de famille, même si tous ne sont pas fils d’archevêque : l’École nationale d’administration ne favorise-t-elle pas « l’unité de langage, de méthode et d’esprit » jugée nécessaire « dans la conduite des affaires publiques à une époque où toutes les questions à régler dans les sociétés complexes sont interministérielles » ? Le style énarquien repose avant tout sur un sabir commun.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Haro sur la noblesse d'État
Cet article est tiré du numéro Haro sur la noblesse d'État
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE