Une opinion partagée

Les Français considèrent à une très nette majorité (64 %) que l’État remplit mal son rôle d’actionnaire dans les entreprises au capital desquelles il détient une participation, selon un sondage Opinionway pour Les Échos et Radio Classique, réalisé du 14 au 16 mars 2018 auprès d’un échantillon de 1 013 personnes. Mais, si la gestion et le pilotage stratégique opérés par la puissance publique laissent manifestement à désirer aux yeux de nos concitoyens, ces derniers sont en revanche bien plus partagés sur l’opportunité de vendre une partie de ces actifs. 53 % sont ainsi favorables à une cession par l’État d’une partie du capital qu’il détient dans Renault, 50 % pour ce qui est d’Air France et respectivement 47 % et 45 % pour la SNCF et La Poste (d’après un sondage Elabe pour Les Échos, l’Institut Montaigne et Radio Classique, réalisé du 5 au 6 septembre 2017). On constate au passage que les scores d’adhésion sont relativement similaires, quelle que soit l’entreprise. Ceci constitue un indice du fait que l’opinion se positionne sur cette question de manière assez idéologique et que la réponse donnée correspond, en pour ou en contre, à une position de principe plus qu’à une réponse circonstanciée tenant compte de la situation et de la nature de la société en question.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Privatisations : la grande braderie ?
Cet article est tiré du numéro Privatisations : la grande braderie ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE