De Colbert à la start-up nation

« L’État ne peut pas tout. » Cette phrase lâchée par Lionel Jospin en 2000 pour dire l’impuissance de son gouvernement face à la décision d’une grande entreprise de fermer une usine à Vilvorde est restée dans l’histoire comme le signe de la fin d’une époque. Elle est la manifestation symbolique d’un déclin de la puissance publique entamé depuis plusieurs années, et qui éclatait à la face d’une population en colère. Dans des contextes différents, cette sentence devenue proverbiale est comme un boomerang qui revient, depuis près de vingt ans, au visage du personnel politique. Les Français lui reprochent, de manière paradoxale, à la fois son inaptitude à contrôler les finances publiques et son incapacité à maintenir la puissance de cet État tutélaire qui, en France plus qu’ailleurs, est considéré comme un élément central de l’identité nationale.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Privatisations : la grande braderie ?
Cet article est tiré du numéro Privatisations : la grande braderie ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE