Portrait

« On se trompe de combat »

Portrait par MANON PAULIC

Vingt-sept ans qu’il porte le gilet jaune pour défendre ses droits. Mais lui l’accompagne d’un bonnet assorti. « C’est le symbole de notre syndicat depuis sa création, en 1992 », rappelle Alain Sambourg, ponctuant ses propos d’un regard chaleureux, par-dessus ses lunettes en demi-lune. Assis à la table de sa cuisine, le sexagénaire feuillette les pages de l’Index Acta phytosanitaire, un manuel qui répertorie l’intégralité des pesticides homologués en France et fournit des conseils d’utilisation. Ses larges mains d’agriculteur céréalier, usées et rougies par le froid, s’immobilisent soudain. « Glyphosate », prononce-t-il posément. Un herbicide qu’il connaît bien puisqu’il en utilise « à très petites doses » pour ses champs où poussent blé, orge et féveroles. S’il reconnaît le caractère potentiellement cancérogène du produit, Alain milite cependant pour son utilisation raisonnable en milieu agricole. Au point d’avoir récemment rendossé sa chasuble fluorescente et revissé un bonnet jaune sur son crâne. 


[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Glyphosate :
 comment s’en passer ?
Cet article est tiré du numéro Glyphosate :
 comment s’en passer ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE