Le mot de...

[Gifle]

Dénoncer, preuves à l’appui, ne suffisait pas : c’est en giflant publiquement le chancelier Kurt Georg Kiesinger le 7 novembre 1968 à Berlin, lors d’un congrès de la CDU, que Beate Klarsfeld a réussi à se faire entendre. L’ancien directeur adjoint de la propagande radiophonique du IIIe Reich vers l’étranger ne s’en est pas remis : l’année suivante, il perdait son poste.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Beate et Serge Klarsfeld : contre l’oubli
Cet article est tiré du numéro Beate et Serge Klarsfeld : contre l’oubli
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE