La voix du poète

À ceux qu’on foule aux pieds

Victor Hugo (1802-1985), extrait de L’Année terrible, 1872

Par Hubert Poirot-Bourdain
Par Hubert Poirot-Bourdain

Oh ! je suis avec vous ! j’ai cette sombre joie.
Ceux qu’on accable, ceux qu’on frappe et qu’on foudroie
M’attirent ; je me sens leur frère, je défends
Terrassés ceux que j’ai combattus triomphants ;
Je veux, car ce qui fait la nuit sur tous m’éclaire,
Oublier leur injure, oublier leur colère,
Et de quels noms de haine ils m’appelaient entre eux.
Je n’ai plus d’ennemis quand ils sont malheureux.
Mais surtout c’est le peuple, attendant son salaire,
Le peuple, qui parfois devient impopulaire,
C’est lui, famille triste, hommes, femmes, enfants,
Droit, avenir, travaux, douleurs, que je défends ;
Je défends l’égaré, le faible, et cette foule
Qui, n’ayant jamais eu de point d’appui, s’écroule
Et tombe folle au fond des noirs événements ;
Étant les ignorants, ils sont les incléments.
Hélas ! combien de temps faudra-t-il vous redire
À vous tous, que c’était à vous de les conduire,
Qu’il fallait leur donner leur part de la cité,
Que votre aveuglement produit leur cécité ;
D’une tutelle avare on recueille les suites,
Et le mal qu’ils vous font, c’est vous qui le leur fîtes.
[…]
Et c’est pourquoi j’ai pris la résolution
De demander pour tous le pain et la lumière.

Victor Hugo dénonça la violence communarde de 1871. Mais aussi sa répression par l’État. Tandis que Flaubert ou Zola confondaient les révoltés avec la canaille, l’auteur des Misérables défendit les accablés défaits, bientôt exilés. Sondant sans répit, au risque du paternalisme, « l’obscur puits social béant au fond des cœurs ». 

[…]
Haut de page

Tous les numéros du 1

Sommaire