Récit

Ce qui rend fou

J’avais fini par le remarquer, la phrase revenait souvent dans les conversations de mes parents : « Il faut que nos enfants soient comme les autres. » Comme les autres ? On n’était pas pareils, alors ? On mangeait à notre faim, on allait à l’école, on recevait des jouets à Noël, le médecin venait nous voir quand on était malades et ma mère, grâce à ses talents de couturière, nous confectionnait des vêtements superbes. J’avais six ans, on n’avait pas la télé, mon univers se résumait à notre petit deux-pièces blotti au fond d’une cour. Une seule chose me tracassait : mes amies d’école ne venaient jamais jouer chez moi. Mes parents ne voulaient pas. Puis à l’école, j’ai connu Claire. Et on est devenues tellement amies qu’un jour, elle m’a invitée chez elle. Ma mère a accepté. À une condition : « Sois polie, ses parents ont du bien. » J’ai arrondi l’œil : « C’est quoi, du bien ? » Réponse instantanée : « Ils sont riches ! Notre maison, il faut qu’on la paye tous les mois. Eux, ils l’ont toujours eue, c’est de famille. Et ils ont tout le confort. Alors t’as intérêt à ne rien salir et à être polie ! »

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Inégalités : la révolte des oubliés
Cet article est tiré du numéro Inégalités : la révolte des oubliés
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE