Grand entretien

« Quand on a l’air d’être trop simple, on passe pour simpliste »

Vous souvenez-vous de vos premières lectures de Saint-Exupéry ?

Elles remontent à l’enfance. Mon père avait été pilote de chasse dans l’aviation américaine pendant la guerre, avant de devenir commandant de bord à Air France. Le premier volume de la Pléiade que j’ai reçu de mes parents comme cadeau de Noël, au pied du sapin, c’était les œuvres complètes de Saint-Exupéry, à l’époque où elles tenaient en un seul volume. Mon goût de Saint-Exupéry tient ainsi d’abord à des raisons personnelles et sentimentales qui relèvent de mon propre roman familial. Mon père lisait peu. Il était attaché à Saint-Ex parce que celui-ci incarnait la grande utopie aéronautique en laquelle il croyait. Il était plus jeune que lui mais, anonyme apprenti pilote dans l’Air Force, il se trouvait aux États-Unis dans la même période que le célèbre aviateur. Je me souviens de sa consternation lorsque, dans la vieille encyclopédie Bordas de l’époque, il avait découvert les quelques lignes très condescendantes qui y traitaient de l’auteur du Petit Prince. Il ne comprenait pas qu’on puisse exprimer un tel mépris, un peu gratuit, pour un pareil personnage. 


[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète Il voleLouis Chevaillier
Saint-Exupéry : des ailes de géant
Cet article est tiré du numéro Saint-Exupéry : des ailes de géant
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE