Extrait

« Jamais je n’ai pensé “Vichy” »

Lettre à Jacques Maritain, New York, 19 décembre 1942

Je tire un de mes motifs de désespoir d’un souvenir. Ce souvenir est celui de Pilote de guerre. La polémique y a lu une défense de Vichy. Stupéfait, j’ai relu moi-même mon livre pour y chercher l’explication d’un tel paradoxe. Je n’ai trouvé qu’une phrase qui pût s’affecter à Vichy : « Je ne servirai jamais de témoin à charge contre les miens. S’ils me couvrent de honte, j’enfermerai cette honte dans mon cœur et je me tairai. Un mari ne va pas de maison en maison instruire lui-même ses voisins de ce que sa femme est une gourgandine. » Mon habile défense de Vichy, si habileté il y avait, était véritablement machiavélique.

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
La voix du poète Il voleLouis Chevaillier
Saint-Exupéry : des ailes de géant
Cet article est tiré du numéro Saint-Exupéry : des ailes de géant
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE