Zakouski

L’ambiguïté du burger

La viande a perdu sa position hégémonique dans l’imaginaire français. En un demi-siècle, les boucheries chevalines ont complètement disparu. Et voilà que des militants de la cause animale, organisés en commando, s’en prennent aux vitrines des bouchers -charcutiers. Le scandale de la vache folle dans les années 1990, puis de la grippe aviaire, et la mise en évidence du caractère cancérogène des viandes industrielles dans les années 2000 sont passés par là. C’en est fini de la période glorieuse des bouchers qui exposaient fièrement poules faisanes et pièces de bœuf rouge sang à leurs étals. 

[Découvrez le 1 gratuitement. Sans aucun engagement] 

[…]

Pour continuer votre lecture, inscrivez-vous ci-dessous.
Sans aucun engagement.

  • Inscrivez-vous sur cette page 
    sans aucun engagement
  • Accédez immédiatement à tous les 
    contenus du 1 en ligne pendant 7 jours
  • Mercredi prochain, recevez le nouveau 
    numéro dans votre boîte aux lettres

Tous les numéros du 1

Sommaire
Ailleurs, ça se passe comme ça Le dilemme des établissements scolaires
Et si j’arrêtais la viande ?
Cet article est tiré du numéro Et si j’arrêtais la viande ?
Le 1 est vendu en kiosques et en librairie (2,80€)
Une aventure éditoriale farouchement indépendante

Inscrivez-vous en quelques clics
Recevez gratuitement le prochain numéro chez vous 
Accédez dès maintenant à l'ensemble des contenus en ligne pendant 7 jours

 

à partir de 9€/mois

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE