Que faire en cas de situation suspecte ?

Infirmier scolaire, enseignant, ami ou simple voisin, chaque citoyen est une vigie dans la lutte contre l’esclavage moderne, la traite et le mariage forcé. Voici les contacts utiles si vous soupçonnez une situation anormale :

  • Le Comité contre l’esclavage moderne reçoit les signalements de situations suspectes par téléphone au 01.44.52.88.90 ou par message écrit via le site esclavagemoderne.org. Le CCEM propose un accompagnement juridique et administratif, ainsi qu’une aide sociale et psychologique.
  • Ensemble contre la traite des êtres humains regroupe 26 associations luttant contre l’exploitation sexuelle, l’exploitation de la mendicité ou encore la servitude domestique. Informations sur le site contrelatraite.org. Ce collectif est joignable au 06.71.00.69.90 ou à l’adresse mail suivante : genevieve.colas@secours-catholique.org. Il vous orientera vers l’association idoine.
  • Pour les victimes mineures, le numéro vert 119 Enfance en danger transmet les informations aux autorités concernées. Contacter également la Cellule de recueil des informations préoccupantes (CRIP) de votre département.
  • SOS mariage forcé met à disposition des personnes craignant d’être mariées contre leur consentement une ligne d’écoute anonyme et confidentielle au 01.30.31.05.05. Le site stop-mariageforce.fr propose conseils et démarches discrètes. On y trouve notamment une lettre-type pour alerter les autorités si une connaissance ne revient pas à la date prévue du pays d’origine de ses parents.
  • On peut joindre également le Bureau de la protection des mineurs et de la famille du ministère des Affaires étrangères au 01.43.17.80.32 ou à l’adresse mail suivante : mariageforce.fae@diplomatie.gouv.fr
  • Le service Stop Violences Femmes, mis en place par le gouvernement, délivre des informations et des conseils pour les victimes et les témoins de mariage forcé sur le site stop-violences-femmes.gouv.fr ou via le numéro gratuit 3919. 

H. S.

 

Tous les numéros du 1

Sommaire

POUR ACCÉDER À LA VERSION DU JOURNAL EN LIGNE